La question qui vous empêche probablement de démarrer votre entreprise en ce moment est probablement comment financer votre entreprise?

Lorsque je parle aux femmes durant la séance gratuite ou en réseautage, le blocage majeur est le manque de liquidité. Elles ont de grands et de gros projets qu’elles caressent et continuent de faire grossir… mais leur compte de banque est inversement proportionnel à leur rêves! Elles se fient sur des sources extérieures pour financer le démarrage de leurs projets: subventions, prêts, dons, etc.

J’ai répertorié pour vous les façons les plus courantes, au Québec, de financer son démarrage d’entreprise. Pensez à fractionner votre projet en petites étapes, qui sont plus faciles à financer ET à démarrer rapidement.

Avant de vous dire OÙ trouver de l’argent, j’aimerais vous proposer une vision. Votre projet, vous le voyez entier et GROS. Vous vous dites sans doute qu’avec les fonds vous allez pouvoir acquérir ce qu’il vous faut pour que le gros projet fonctionne. Qu’avec les subventions vous allez réussir à faire rouler l’entreprise. Vous l’avez écrit dans votre plan d’affaires après tout! Par contre, dans les faits c’est un peu plus compliqué que ça. J’ai vu tellement de beaux projets échouer, simplement parce qu’ils étaient entièrement dépendants des subventions! En fractionnant votre projet en étapes facilement actionnables, vous vous retrouvez à générer de l’argent et avoir la possibilité de vous financer vous-mêmes.

1- Bootstrapping (auto-financement)

Ce mode de financement est mon préféré. Vous vous arrangez par vous-mêmes, vous n’avez pas de comptes à rendre à personne. Pas de bilan, de justifications et d’attentes. Les entreprises que j’ai vu faire du bootstrapping ont presque toutes eu du succès et se sont avérées être celles qui ont perduré dans le temps! Ce n’est pas la façon la plus facile, j’en conviens, mais c’est la plus simple à tous les égards. Si vous pouvez commencer à économiser en vu de démarrer votre projet, je vous le recommande fortement.

2- « Love-Money »

Le Love Money, c’est de l’argent que vos proches vous prêtent ou vous donnent. Encore là c’est bien pratique, car vous n’avez pas trop de comptes à rendre. Et bien souvent, en démarrage d’entreprise, ils aiment bien nous aider. Petite mise en garde ici: même si ce sont vos proches, faites un contrat entre vous. Ce contrat doit comprendre les termes de votre entente et le délai de remboursement. Ce contrat est utile à plusieurs égards, car il protège votre proche et vous protège aussi.

Ressource: Contrat de prêt entre particuliers

3- Sociofinancement (crowdfunding)

Ce mode de financement est assez récent et a beaucoup de succès. Le fonctionnement est assez simple. Vous choisissez votre plateforme Web de sociofinancement, vous soumettez votre projet et vous amassez les promesses de dons durant 90 jours (donc pas encaissés). À terme, si vous avez atteint votre objectif, les dons sont alors encaissés.

Les contributeurs sont des gens comme vous et moi, qui participent parce qu’ils croient au projet. C’est accessible à toute la communauté Web, donc vous avez possibilité de rayonner internationalement, pas juste localement. Il y a beaucoup d’artistes, de livres et d’entreprises qui ont vu le jour grâce à des contributeurs comme vous et moi!

Ressources: KickStarter, La Ruche, Ulule, Le haricot, Vidéo Radio-Canada

4- Les Anges et les Dragons (Capital de risque)

Si vous avez un projet d’envergure et innovant, les Anges et les Dragons sont peut-être pour vous. En effet, il existe au Québec des investisseurs prêts à investir dans votre entreprise en argent, en conseils, en réseautage et bien plus encore, en échange de parts dans votre entreprise. Donc votre entreprise ne vous appartient plus au complet. Les bénéfices de ce genre de financement, c’est que le succès est pratiquement garanti. Non seulement parce que vous avez des fonds, mais aussi parce que vous disposez maintenant d’un associé d’expérience et de son réseau.

Vous devez bien préparer votre plan d’affaires; vos états financiers seront scrutés à la loupe, la vérification diligente (surtout la partie de la croissance des revenus et des profits!) et préparez bien votre pitch de vente. Vous n’avez qu’une seule chance de les convaincre.

Ressources: Les Anges Québec et l’émission Les Dragons

5- Prêts et subventions gouvernementales

Le gouvernement aime stimuler l’entrepreneuriat, car ce sont les petites entreprises qui font rouler l’économie! Et si vous être en train de créer une entreprise, hé bien, vous n’êtes pas sur le chômage! De plus, votre entreprise va créer de l’emploi et payer des taxes! En faisant le calcul, le gouvernement y gagne beaucoup en investissant en vous. C’est plutôt gagnant-gagnant. Vous avez besoin de préparer votre plan d’affaires et de vous armer de patience, c’est tout de même gouvernemental!

Ressource: Femmes entrepreneures au Canada

6- Prêt dans une institution bancaire

Les institutions financières sont un peu plus frileuses quand il est question de démarrage d’entreprise. Elles exigent beaucoup de preuves et de garanties afin d’être certaines que le prêt sera remboursé. Il faut les comprendre, le taux d’échecs des démarrages d’entreprise est très élevé! Préparez vos états financiers personnels, votre plan d’affaires et vos prévisions budgétaires.

7- Centre Local de Développement (CLD)

Le Centre local de développement de votre région peut aussi vous aider. Sa mission est de susciter et de soutenir le développement économique de sa région attitrée. Il y a une panoplie de ressources, de prêts et subventions. Par contre, beaucoup de succursales disparaissent… c’est donc un service, qui je crois, est en voie de disparition.

8- Futurpreneur.ca ou femmessor.com

Ce sont des centres de développement des affaires qui ont pour mission de vous aider à démarrer et à financer votre entreprise. Plan d’affaires, états financiers et prévision budgétaires sont encore de mise! Attention, il y a souvent une limite d’âge…

Ressources: Futurpreneur, Femmessor

9- Banque de Développement du Canada (BDC)

La Banque de développement du Canada est la seule institution financière qui s’investit exclusivement auprès des entrepreneurs. Son site Web regorge d’informations financières pour les entrepreneurs. Clairement moins frileuse que les institutions financières régulières, vous aurez à fournir des documents sur votre entreprise. C’est un très bon choix  pour la phase de commercialisation/expansion, mais elle a une très bonne section sur le démarrage d’entreprise!

Ressource: La BDC

10- Cartes de crédit

Puis il y a les cartes de crédit. Ce n’est pas l’idéal, mais si vous avez besoin de peu de financement et que vous savez que vous pouvez le rembourser assez rapidement, ça peut dépanner. Prenez garde à ne pas affecter votre cote de crédit et assurez-vous d’avoir une carte avec un taux avantageux.

Informations importantes à savoir si vous êtes admissibles à une subvention ou un prêt

Il y a des conditions à remplir. La plupart des subventions fonctionnent en tier: un tier maintenant, un second tier plus tard et le dernier tier à la fin. Pour que les « tiers » soient décaissés, vous devez avoir atteint les objectifs de rendement avant que la seconde et dernière portion du financement soit décaissées. Selon mon expérience c’est à ce niveau-là que j’ai vu des entreprises fermer (pas moins d’une douzaine!).

    • Les prévisions budgétaires étaient probablement boostées ou irréalistes (pour pouvoir séduire les investisseurs)
    • La réalité sur le terrain et en plan d’affaires, c’est toujours différent!
    • On vous impose des conditions qui ne sont parfois pas en accord avec votre vision de l’entreprise

Résultat : on vous coupe les vivres et, puisque vous vous étiez fié sur ces revenus et que vous n’arrivez pas à compenser, vous mettez la clé dans la porte. Les subventions sont à utiliser avec beaucoup de prudence!

Avez-vous aimé cet article ? Partagez-le!